La Lettre Persane corrige thèses, mémoires, rapports, articles,lettres
La Lettre Persane corrige thèses, mémoires,                 rapports, articles,lettres 

Fautes d'orthographe courantes

Appel d’offres

Il faut un « s » à offres

Appel d’offres : le but est de mettre plusieurs entreprises en concurrence pour fournir un produit ou un service.

 

Centres d’intérêt 

Il faut un « s » à « centres » et pas à " intérêt " et non "centre d'intérêts.

Il s'agit ici des centres de votre intérêt général, et non le contraire.

 

Chiffre d’affaires 

Il faut un « s » à « affaires » = le montant des affaires traitées…. Suite sur mon site https://lettrepersane.wixsite.com/monsite

 

Inclus, inclure

Sans doute est-il utile de rappeler que conclure, exclure et inclure sont des verbes du 3e groupe. On se gardera donc de les conjuguer comme ceux du 1er groupe, se terminant en -er ; il ne s'agit pas des verbes excluer ni incluer !.

Seul inclure se distingue des deux autres représentants de cette famille formée sur le radical latin claudere (fermer) : au participe passé, il a conservé son s final étymologique.

 

Mardi, lundi... au pluriel

On dit les lundis, mardis ...

En revanche, placés après eux, « matin » et « soir » sont considérés comme des adverbes et ne s’accordent pas : c’est qu’il faut comprendre « au matin », « au soir » 

N.B. Dans « les lundi et jeudi de chaque semaine », les noms de jours restent logiquement au singulier, puisqu’il n’y a qu’un lundi et un jeudi par semaine.

Pallier (construction)

« Pallier quelque chose » et non « … à quelque chose »

Pallier est un verbe transitif direct, qui signifie « dissimuler, atténuer, résoudre d'une manière incomplète ou provisoire ».

Il se construit avec un complément d'objet direct (COD) : on pallie quelque chose et non pas  quelque chose.

Ex : J'ai trouvé le moyen de pallier la crise ; et non de pallier  à la crise.

 

Saurais  gré (verbe savoir)

L'expression par laquelle on exprime sa reconnaissance est savoir gré à quelqu'un de quelque chose, que l'on rencontre parfois dans les courriers administratifs sous ses formes altérées être gré et avoir gré et non « serai » ou « serais » (verbe être).

Précisons encore que gré, du latin gratum : ce qui est agréable,  est à prendre ici au sens de « reconnaissance, gratitude »

Une fois pour toutes

Toutes avec un « s »

Une fois pour toutes est une locution qui signifie : définitivement parmi toutes les propositions, solutions... vues ou proposées !

Anacoluthe

 

 

C'est une faute que je rencontre fréquemment dans mes corrections.

L’anacoluthe est un trope de construction qui crée une rupture syntaxique

Ex :"Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court, toute la face de la terre aurait changé" (Pascal) = le nez (sujet) et verbe aurait ! Ici, l'anacoluthe est la partie soulignée de cette phrase :
"Le nez de Cléopâtre,s'il eût été plus court,toute la facede la terre aurait changé."

La construction syntaxique normale aurait dû être en effet : "Si le nez de Cléopâtreeût été plus court..."

 

Voici quelques anacoluthes glanées dans mes corrections :

 

1) « Lié à notre thématique de recherche, nous développons … uniquement les projets d’intérêt généraux et les opérations de rénovation urbaine. »

Là qui est lié ? nous ? certainement pas. Il aurait donc fallu  mettre le référent du participe passé à la place de « nous »,  ou tout simplement un « s » à lié, car là « liés » = nous sommes liés à … mais est ce compréhensible ?

 

2) « Fort des conclusions et des précédents questionnements, ceux-ci sont potentiellement adaptés à notre thématique. »

Là la faute est plus évidente.

Fort = nous donc il faudrait retrouver ce « nous » et non ceux-ci je propose

Fort des conclusions et des précédents questionnements,  je peux confirmer que ceux-ci sont …

 

3) « Associé à une préoccupation globale, nous prendrons en compte les friches existantes, les friches potentielles et les friches déjà réhabilitées. »  

Qui est associé pas nous mais  un problème, un élément particulier ; seulement là il faut reformuler complètement la phrase en précisant ce qui est associé et pourquoi nous prenons cet élément en compte ;  et c’est un peu compliqué.

Le mieux est de déterminer dés le début l’objet de la préoccupation.

Par ex : « La préoccupation globale étant  le problème de…, nous prendrons en compte… qui répondent à/permettent de ... (tout dépend du sens voulu).

 

4) Du fait de son lien de parenté, le taux de l’impôt du neveu sera de 55%.

Du fait de son lien de parenté, le taux = il a un lien de parenté ! de l’impôt du neveu sera de 55%.

On peut dire : " Du fait de son lien de parenté, le neveu verra son taux de l'impôt atteindre 55%". 

 

5) Considérer le plan comme le seul moyen pour le pays d’alléger la charge, l’expansion était nécessaire et réalisable.

Analyse de cette phrase :

La faute est double c’est une anacoluthe doublée d’une ellipse ;

Considérer (= le fait de .. )le plan comme le seul moyen pour le pays d’alléger la charge (de quoi?), implique/ montre… (ellipse du verbe) que l’expansion était nécessaire et réalisable.

Anacoluthe : il faudrait reprendre le mot plan ; mais là ce serait un total non-sens.

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© correctionthesesmemoires

Appel

Email